Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2007

POSEIDON

Oh toi, Poseïdon, maître des forces vives, de l'amour originel. Combien de temps encore me retiendras-tu sur cette île depuis laquelle j'observe l'immensité de ton pouvoir sur le monde. Je longe le rivage qui me promet la lune et m'empêche sans cesse. Le mystère est en toi et je me languis de te découvrir tel que tu es. Frappe le sol de ton trident, ouvre la voie à mon char et fait jaillir en moi la richesse intuitive de tes abysses profonds. Nymphes de la mer, filles de la belle Doris, venez fleurir mon âme, couronnez mon front de votre pâle douceur, et dites à votre père mon désir de lui plaire.

a7cf4c0b1fef227e3d66c266e83fe08a.jpg

10:00 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.