Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2008

A TOUS LES POLYTHEISTES...

Je vous présente un blog destiné à faire découvrir ouvrages ou textes utiles à la connaissance des anciennes religions. Anciennes ? Pourquoi anciennes puisque toujours nouvelles!! Le panthéon n'est pas vatican!! Puisque jamais n'a été ressenti la nécessité d'un rajeunissement, d'un lissage de ses traits, d'un remodelage de ses formes, d'une revisitation de ses expressions par l'usage d'un motu proprio, voir d'un rendez-vous syncopal à coups de conciles mortifiants !!

http://lalitteratureetlepaganisme.hautetfort.com/

03/01/2008

L'AME DU MONDE

Dans un monde fait de danses et de sons intimement liés aux effluves tactiles, le langage des fleurs poussaient les sensations fugitives à entrer dans le ciel des émotions pérennes, afin de porter le mirage exaltant d’un âge d’or, alchimie et refonte de l’originelle pensée conçue comme matrice et semence d’un état permanent ouvert sur l’extérieur. Une pensée exercée à faire d’un temporel éclat, l’éternel jaillissement d’un état florissant, exercée à transférer une conscience de rêve au delà des frontières du monde périssable. Depuis toujours, s’enracinait le laborieux établissement d’une mémoire contemplative et idéale dans la nature immortelle où prend racine l ‘âme du monde... SUITE - CLIQUER ICI - ce7b44b6ca0d2a9d5b8b9387878d89f2.gif

11:07 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

L'HOMME

Les dieux sont portés disparus. Dieu seul emplit l’espace tout entier d’un concept inimaginable au détriment d’un monde crédible. Il n’y a plus de place dans le cœur des hommes pour les mots sans majuscules. Ils ont abandonné la sensibilité poétique pour la rigueur doctrinale, et la tolérance pondérée (il n'y a pas là pléonasme!!) pour la vision restrictive et totalitaire d’une vérité qui fait autorité. Ils ont bradé les vertus humaines pour un humanisme idéal qui n’a pas visage humain, vante sa morale sectaire, et méprise ou ignore tout ce qui déroge à la statue virtuelle de l’égo humain divinisé.

De l’homme, je n’ai qu’un faible écho. Il est grand par son intelligence, et tellement esclave de celle-ci. Si grand par le raisonnement, et si insignifiant par l’esprit. Si attendrissant côté cœur, et si pauvre en émotions. Une aura de mort habite l’imaginaire de son être intime transformé en caveau existentiel.

Pourtant, en des temps archaïques, l'homme était d'une toute autre composition. Il dosait mieux ses ingrédients et n'en altérait pas la nature primordiale. Cette nature dont il gardait la flamme intacte et qui courait les nues inexplorées de l’âme sans se défaire de son libre arbitre. Simplement, une partie de lui-même veillait à ne pas se parjurer. Il n’avait pas oublié sa filiation divine du temps où le courant de forces solaires dirigés par Hermès équilibrait harmonieusement le courant féminin dirigé par Aphrodite. A l’époque, l'homme, résultat de cette merveilleuse union était fort justement appelé "HERM-APHRODITE, les deux noms réunis du Dieu solaire et de la déesse lunaire. (se reporter à la légende d' Héraklès qui , pourtant si masculin, file la laine aux pieds d'Omphale, déguisé en femme et recevant gravement les conseils et les petites claques mutines de la sandale de sa maitresse.
En faite, l'homme hermaphrodite était à la fois masculin-féminin. Il possédait les qualités des deux sexes en lui.
c'est une réminiscence féminine appelée "INTUITION" qui fera comprendre à l'homme qu'il existe une autre vie divine dont il fait partie intégrante. Cette intuition a une source solaire, mais c'est par la canal de la mère qu'elle nous parvient (d'où certaines fêtes réservées aux femmes)
C'est en cultivant ces deux tendances (d'où symboles phallus et vulvas) que l'homme atteindra par l'initiation un état divin où les sexes n'existent plus, lorsque, guidé par Hermès, il aura atteint le plan de la grande mère cosmique.

23/11/2007

PLAISENT AUX DIEUX, LES CRUELLES METAMORPHOSES

Bonjour,

Je vous invite à découvrir cet ouvrage que j’espère, vous apprécierez.

J'ai eu bien peu d'échos jusqu'à présent. Peut-être faut-il penser que je n’ai pas ce talent que l’on prête à d’autres !! Mais que faut-il penser au juste ?

A toi Maître de séant, ministre plénipotentiaire d’un monde réformé, messie culturel de l’homme lobotomisé, je pose la question :

Que ne vas-tu pas introduire en ton temple le doux venin qui plaît aux dieux ? Mets le monde en musique et ne fait pas le sourd. Les muses cherchent un conducteur, non un censeur. Car, bien souvent hélas, le chiffre passe avant les lettres, et la censure est dans toutes les têtes. Certains éditeurs vont même jusqu’à se réfugier derrière le caractère inclassable de l’œuvre et tuent l’échanson. D’autres s’en approchent avec élégance pour mieux la circonscrire dans le piège insidieux de leurs réserves empruntées pleines de bons sentiments. En réalité, ils n’ont qu’une boutique à la place du cœur, et pour tout ciel, un savant mélange d’orgueil. Alors, ne laisse pas les muses sans voix, ne crains pas le soma qui brûle les lèvres, réponds à l’écho des nymphes, et viens au sanctuaire de l’âme échappée de ta prison dorée, libérée de tout clivage. Viens en son espace intérieur que tu te plais à murer comme Troie. Ne laisse pas lettres mortes ce qui vient à la présence malgré toi. N’isole pas le monde de son potentiel merveilleux. Aussi, du monde, tu ne m'auras pas isolé. Partant, je ne suis pas dérangé par cet ostracisme. Cependant, je ne peux me résigner la mort dans l’âme pour ne pas imposer à l’âme du monde le simulacre d’une manifestation libre et variée, jalouse de ses succédanés. A défaut de besoin, j’éprouve le désir de vous faire partager ce qui me semble être un apport destiné à ceux qui ne s’en laissent pas montrer par les critères surfaits d’un conformisme déluré.

Aussi j’espère ne choquer personne dans mes propos, car j’ai tant d'émotions que les mots ont la passion.

 Plaisent aux dieux, les cruelles métamorphoses

Cette oeuvre bénéficie d'un droit de garde à la société des gens de lettre de France depuis le 02/05/2001

 

 

09/11/2007

JULIEN

Passé l’Euphrate, Achille a triomphé

Au delà du Tigre, Ulysse a surpassé

En Patrocle, Julien s’est incarné

Au pied de son âme, la mort prosternée

Ote son manteau noir et livre son secret

Devant le trône de sa postérité

 Où Télémaque ajoute à ses lauriers

 

 
9f1592d5e8c591b05ea953cddbf24239.jpg
 

13:20 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

30/10/2007

POSEIDON

Oh toi, Poseïdon, maître des forces vives, de l'amour originel. Combien de temps encore me retiendras-tu sur cette île depuis laquelle j'observe l'immensité de ton pouvoir sur le monde. Je longe le rivage qui me promet la lune et m'empêche sans cesse. Le mystère est en toi et je me languis de te découvrir tel que tu es. Frappe le sol de ton trident, ouvre la voie à mon char et fait jaillir en moi la richesse intuitive de tes abysses profonds. Nymphes de la mer, filles de la belle Doris, venez fleurir mon âme, couronnez mon front de votre pâle douceur, et dites à votre père mon désir de lui plaire.

a7cf4c0b1fef227e3d66c266e83fe08a.jpg

10:00 Publié dans poésie | Lien permanent | Commentaires (0)